Investir en OPCI en 2013 : quels résultats en attendre?

par | Actualité

Investir en OPCI en 2013 : quels résultats en attendre?

 

Retour sur le principe de l'OPCI

L'OPCI (organisme de placement collectif immobilier) ressemble beaucoup à sa grande soeur la SCPI. Ce produit d'investissement a vu le jour en 2005 et il en existe très peu sur le marché. Il reste en effet encore plutôt méconnu du grand public. Seuls quelques acteurs du marché en ont créé comme AXA, Crédit Agricole ou Swisslife. Un OPCI est un peu plus flexible au niveau de sa capacité à s'échanger qu'une SCPI.

Un OPCI doit être constitué d'au moins 60% d'immobiliers et de 10% de liquidité afin de faciliter la revente. La partie restante du capital est composée de valeurs mobilières en tout genre comme des obligations, des actions ou des OPCVM. L'investisseur achète des parts comme en SCPI et les rendements approchent aujourd'hui 5%. Les frais sont différents par rapport aux SCPI. En effet, il faut prendre en compte les frais de rachat d'environ 5%, de gestion d'environ 5% et de souscription qui sont plus faibles qu'en SCPI.

Au niveau de la fiscalité, il convient de distinguer deux possibilités en fonction de la forme juridique du support OPCI. Si l'OPCI est plus orienté immobilier et a un capital variable, c'est la fiscalité des plus-values classiques qui est appliquée et des revenus mobiliers concernant les dividendes encaissés. Si c'est un fonds de placement immobilier, l'imposition va dépendre de la nature des revenus générés au sein de l'OPCI.

Perspectives des OPCI pour 2013

Tout d'abord il convient de noter que les OPCI sont en plein essor depuis quelques années. Malgré leur existence récente, les fonds deviennent de plus en plus connus. Les encours ont notamment doublé en une année pour atteindre presque 25 milliards d'euros l'année dernière. Cette tendance n'est pas près de s'inverser à l'avenir avec les nouvelles réglementations de gestion. À partir de juillet 2013, les sociétés de gestion pourront vendre de manière active leur dispositif à l'étranger grâce à la directive AIFM. Les produits pourront donc être proposés au plus grand nombre à l'étranger. D'autant plus que les sociétés de gestion respectent aujourd'hui une réglementation en France qui est quasiment similaire à la réglementation qui sera demandée au niveau européen. Au contraire de la concurrence étrangère qui devrait avoir plus de difficultés pour respecter les nouvelles règles imposées.

Sur le même sujet
IFI et SCPI/OPCI : Quels changements à venir ?
Par -
Les règles à respecter pour vendre des SCPI et OCPI
Par -
Scpi et opci accompagnent les évolutions économiques
Par -