Les 3 différences entre une OPCI et une SCPI

par | Actualité

Les 3 différences entre une OPCI et une SCPI

 

L'investissement en OPCI présente de nombreuses similitudes avec la SCPI et notamment bon nombre d'avantages mais il y à 3 grandes différentes ou améliorations.

Première différence: La Liquidité garantie

L'OPCI est à capital variable et garantie la liquidité des parts, à savoir que les porteurs de parts s'ils le souhaitent peuvent revendre leur part à tout moment et récupérer leur capital.

Afin de garantir cette liquidité, l'OPCI se doit d'avoir au miminum 10% d'actifs liquide. L'OPCI peut au plus valoriser ses parts 2 fois par mois et au moins 2 fois par an.

Deuxième différence : Valorisation des parts calculée sur l'ANR ( actif net réévalué )

La fréquence des valorisations des actifs immobiliers se fait trimestriellement et non pas annuellement comme avec les SCPI.

La valorisation du parc immobilier est réalisée par 2 experts indépendants et mandatés par l'AMF.

Troisième différence: Une plus grande souplesse d'investissement pour la société de gestion.

L'OPCI a la capacité d'investir sur des actifs immobiliers en direct mais également indirects tels que des parts de sociétés à dominantes immobilières.

L'OPCI peut emprunter et profiter de l'effet de levier du crédit afin de pouvoir optimiser leur investissement immobilier et enfin l'OPCI peut détenir des actifs mobiliers.

En conclusion l'OPCI présente les mêmes caratéristique que la SCPI en apportant certaines améliorations et la plus notable restant la liquidité. L'autre point important de l'OPCI réside dans une fiscalité plus souple pour l'investisseur et notamment dans le fait que l'OPCI est exonéré des droits d'enregistrement.

Joaquim De Carvalho

 

 

L'auteur de l'article
Paul HAREL

Paul est issu d'une famille de financiers. De mère experte comptable et de père directeur financier, il se passionne de la gestion privée très tôt et démarre ses études à la Paris School of Business (ex-ESG Management School). Il part un an à Boston, pour étudier à la prestigieuse Boston University. Dès qu'il revient, il enchaine les expériences professionnelles dans le secteurs de la gestion d'actifs et de la gestion de portefeuille (en family-office et en cabinet de gestion de patrimoine). Il obtient un Master II en Gestion de Patrimoines à PSB, à la suite de deux années d'alternance au sein du cabinet Euodia Finance. 

Sur le même sujet
Une forme différente de pierre-papier : l'OPCI
Par -
IFI : l’ASPIM monte au créneau pour défendre les SCPI/OPCI
Par -
Une alternative aux marchés financiers et fonds euros
Par -
Je souscris