Les SCPI fiscales: comment et pourquoi?

par | Actualité

 

Parmi les investissements en immobilier locatif qui semblent avoir aujourd'hui la cote, les SCPI fiscales se démarquent des autres par leur caractère défiscalisant. Comment cela fonctionne, quels dispositifs autorisent les SCPI fiscales ?

SCPI fiscale: qu'est ce que c'est?

Les SCPI fiscales sont des sociétés qui détiennent un parc immobilier neuf ou rénové et qui, en investissant dans ces sociétés, donnent droit à une réduction d'impôt. Ces SCPI ne dégagent généralement que peu de rentabilité, mais concernent plus les investisseurs fortement imposés, qui recherchent surtout une réduction d'impôts plutôt qu'un fort rendement. Deux dispositifs ont été mis en place pour pouvoir bénéficier d'une défiscalisation à travers un investissement en SCPI.

Le Malraux

Tout d'abord, le dispositif Malraux, qui concerne les logements d'habitation anciens. La SCPI détient dans son parc immobilier plusieurs immeubles anciens qu'elle loue à des particuliers. Ces immeubles viennent d'être rénovés ou ont besoins de l'être, et l'investisseur pourra donc déduire de son revenu 30 % du montant des travaux de rénovation du bien immobilier, à hauteur d'un montant de 100 000 € de travaux par an. Avec un contrat de 12 ans, l'investissement en SCPI Malraux présente aussi un autre avantage, celui de se constituer un patrimoine de qualité dans une zone urbaine.

Le Scellier

Le deuxième dispositif concerne la loi Scellier, et plus particulièrement la loi Scellier BBC, qui est la plus recherchée cette année. La Société de gestion devra alors détenir dans son parc immobilier des Bâtiments à Basse Consommation énergétique. L'investisseur bénéficiera d'une réduction d'impôts d'une valeur de 13 % du montant investi sur une durée de 9 ans. De plus, il pourra profiter d'un abattement de 30 % afin d'améliorer ses revenus fonciers.

Une SCPI Scellier est une solution d'investissement très intéressante, qui connait cependant des limites. En effet, il est difficile de trouver des part de SCPI en dispositif Scellier tant le marché est restreint, car les bâtiments Scellier doivent répondre à des conditions strictes de localisation, tarif, etc. Le marché est aussi très peu liquide, car l'avantage fiscal ne peut être transmis d'un investisseur à un autre. Ainsi, un investisseur en SCPI Scellier doit conserver ses parts de SCPI minimum 13 ans. S'il procède à une vente anticipée des parts, il sera obligé de rembourser l'équivalent de ses réductions d'impôts au Trésor Public.

Les SCPI fiscales sont donc un bon moyen de réduire ses impôts en investissant un montant moins important qu'une acquisition d'un logement d'habitation, tout en profitant d'un risque locatif moindre et d'une gestion sans contrainte.

L'auteur de l'article
Paul HAREL

Paul est issu d'une famille de financiers. De mère experte comptable et de père directeur financier, il se passionne de la gestion privée très tôt et démarre ses études à la Paris School of Business (ex-ESG Management School). Il part un an à Boston, pour étudier à la prestigieuse Boston University. Dès qu'il revient, il enchaine les expériences professionnelles dans le secteurs de la gestion d'actifs et de la gestion de portefeuille (en family-office et en cabinet de gestion de patrimoine). Il obtient un Master II en Gestion de Patrimoines à PSB, à la suite de deux années d'alternance au sein du cabinet Euodia Finance. 

Sur le même sujet
Comment défiscaliser avec des parts de SCPI ?
Par -
Dispositif Duflot : plus ou moins avantageux que la loi Scellier ?
Par -
SCPI Scellier, bon ou mauvais élève de la SCPI ?
Par -
Je souscris