COVID-19 : SCPI Commerces vs SCPI Bureaux

par

COVID-19 : SCPI Commerces vs SCPI Bureaux

 

2020, une année difficile

L’année 2020, marquée par la crise sanitaire du coronavirus a eu un impact considérable sur la société, aussi bien d’un point de vue social qu’économique. En effet, de nombreuses entreprises ont été confrontées à des difficultés économiques. C’est le cas également pour les sociétés civiles de placement immobilier, dites SCPI.

Ces sociétés investissent au sein de différents domaines. Ces derniers ont été, plus ou moins impactés en fonction des secteurs d’activités concernés. Cet événement inédit et externe a montré un ralentissement ou une rupture pour certaines d’entres elles. La collecte par les sociétés de gestion et dans un second temps l’encaissement des loyers  ont été lourdement affectés. En effet de nombreuses entreprises ont obtenus des délais ou ont essayé d’obtenir une annulation des loyers afin de ne pas s’effondrer financièrement.

Suivant les secteurs, les reports et les annulations ont été plus importants. À l’inverse, certains secteurs n’ont que peu ou pas été impactés par la crise, ce qui se fait ressentir sur les collectes aujourd’hui et sur les rendements, plus intéressants que de nombreuses SCPI qui ont du ralentir.

Petit tour d’horizon des SCPI commerce et des SCPI bureau afin de voir les différences entre deux secteurs très prisés.

 

Un ralentissement considérable

Le début de l'année 2020 est donc marqué par un virus qui a bouleversé les habitudes et les marchés financiers.

Si l’économie se maintien aujourd’hui, le confinement a marqué un ralentissement considérable. Les SCPI dites plus traditionnelles sont des sociétés qui se tournent vers deux secteurs particulièrement sécuritaire et rentable : le bureau et le commerce. Secteur d’activité en constante rotation et avec un rendement interessant, les bureaux et les commerces représentent le bon compromis entre rendement et valorisations foncières, ratio tant recherché par les experts en charge des acquisitions de ce type de bien. Plus particulièrement, les SCPI de bureau offrent une bonne diversité. Situé sur différentes zones géographiques, les bureaux offrent un grand nombre de garantie notamment sur le rendement.

En effet, durant le Covid-19, même si le télétravail a été vivement conseillé, de nombreuses entreprises ont été capable de payer leur loyer. Par conséquence, la rentabilité a été assurée pour les investisseurs et les SCPI de bureau ont pu conserver un rendement tout à fait honorable et attractif. Présente dans la grande majorité des SCPI, l'immobilier professionnel ou dit d'entreprise se mesure selon différents critères

Cela dépend avant tout de la qualité du locataire d’une part, mais aussi des emplacements et de la capacité du locataire à maintenir son niveau durant la confinement. Il est donc possible que certaines SCPI aient connu des ralentissements plus conséquents en fonction des locataires. En effet, pour certaines d’entres elles, le report, à minima, a été une condition obligatoire afin de sécuriser les comptes et d’assurer une trésorerie pour l’entreprise. Ces SCPI, bien que très diversifiées en nombre de clients et en nombre d’actifs, montrent donc une certaine solidité.

 

les scpi résistent...

Dans l’ensemble, les SCPI de bureaux sont pas si tant touchées que ça par cette crise sanitaire et le télétravail a permis aux entreprises de se maintenir. Un débat existe sur l’intérêt des bureaux et l’éventuel évolution de la société vers un futur plus tourné sur un modèle basé sur le télétravail et le développement d’une société plus tournée vers l’individu et sa recherche optimale pour travailler.

Ce débat n’est pas sans rappeler que de nombreuses sociétés sont peu favorables au télétravail et que ce phénomène, bien qu’il tende à se développer dans les prochaines années, ne réduit en rien l’intérêt et l’importance primordiale des bureaux pour le travail en présentiel. Dans un second temps, le secteur du bureau est très prisé, ce qui signifie qu’en cas de départ, d’autres pourront utiliser les emplacements disponibles.

Les SCPI de commerces quant-à elles, pourraient connaitre des baisses de rendement plus significatif pour cette année. Le début de l’année 2020 a été marqué par la fermeture de nombreux commerces dit non essentiels. On observe depuis la fin du confinement une relance encore éphémère et fragile, ce qui signifie que de nombreux commerces sont encore en difficultés.

Les conditions sanitaires qui imposent un nettoyage des vêtements après chaque utilisation, les gestes barrières et un nombre de clients limité, risquent d’imputer certains commerces d’une partie de leur chiffre d’affaire.

Cette nouvelle façon de vivre a montré la fragilité des commerces, on constate un ralentissement dans l'activité commerciale traditionnelle, et en parallèle on observe l’explosion de l’e-commerce.

Durant cette période qui a été marquée par le confinement général chez soi, les habitudes de consommation se sont rapidement tournées vers l’e-commerce. Face à cette baisse anticipée, les sociétés de gestion ont décidé de miser sur le report à nouveau.

Cette réserve, prélevée sur les rendements des anciennes années, offre une assurance aux sociétés de gestion. Elle est utilisée en cas de perte de rendement de manière passagère, comme pour le covid-19 notamment.

On remarque donc que malgré de nombreuses incertitudesles baisses des rendements (très bons les années précédentes dans le commerce) seront assouplies par les sociétés de gestion afin que les investisseurs ne soient pas pénalisés.

Les commerces comme les bureaux, possèdent une bonne diversification des actifs, certains d’entres eux n’ont pas fermé durant le confinement et certaines SCPI prévoient un rendement supérieur à 5% pour cette année, ce qui représente une très bonne performance.

Cependant, ce cas ne symbolise pas la majorité, comme pour les bureaux, il s’agit d’une nuance qui montre que certains gestionnaires ont su investir et assurer un niveau de garanti suffisant.

La vision à court terme, n’est pas mise en danger sur ces deux secteurs, puisque les baisses sont amoindries et sécurisées.

Bien que le marché des SCPI subit quelques freins, le marché repart progressivement.

Pour conclure, nous pouvons évoquer que le marché des SCPI se porte bien malgré la crise. Certaines SCPI réussissent à augmenter leur rendement ou à maintenir un rendement extrêmement attractif, notamment dans la santé.

Avec l’apparition d’un virus et le vieillissement de la population, ce secteur a été très sollicité durant cette période.  La collecte a été bonne et le secteur de la santé pourrait s’imposer comme porteur pour les prochaines années.

L’investissement en immobilier ne se limite pas à un secteur, mais il est certain qu'il porte ses fruits sur le long terme

La meilleure des stratégies pour l'épargnant est la diversification.

 

L'auteur de l'article
Michel BAZBAZE

Après de nombreuses années passée à l’étranger pour le compte d’un grand groupe français « Fenwick Manutention » Michel rentre en france et crée une agence immobilière spécialisée dans la vente d’hôtels, puis il intègre un groupe financier mutualiste  « Le Conservateur ».  Il y restera 7 années qui lui ont permis de se spécialiser dans l’ingénierie patrimoniale. Il intègre ensuite un cabinet de gestion de patrimoine, une carrière éclectique qui lui a donné l’expérience et le goût des challenges.

Passionné de nautisme, d’histoire et de musique il vit à paris depuis sa rentrée en France.

«  Il n’y a aucun mal à changer d’avis. Pourvu que ce soit dans le bon sens. » - Winston Churchill

Sur le même sujet
Perial a 50 ans !
Par -
Corum Convictions : première SCPI à faire bénéficier ses Associés du versement mensuel des dividendes en 2016
Par -
Présentation de la SCPI Allianz Pierre géré par IMMOVALOR
Par -
Je souscris