Londres perd la confiance des investisseurs en immobilier

par | Fiscalité

Londres perd la confiance des investisseurs en immobilier

Les britanniques prêt a baisser l'impôt des sociétés

Le fameux Brexit a crée un séisme à l’échelle européenne, les professionnels ne s’attendant pas à la volonté des britanniques de sortir de l’Europe.

L’incertitude sur le devenir des relations entre l’Angleterre et les reste de l’Europe ou le positionnement des marchés financiers , Londres étant considéré comme le relais des americains dans le vieux continent, engendrent de nombreuses craintes.

En effet, les investisseurs détestent toujours les positionnements mal définis. Ainsi, la réaction se fait à différents niveaux : tout d’abord  les sièges des importantes sociétés ou de leur filiales se posent la question de se rapatrier dans d’autres pays européens. Pour parer à cette éventualité, les britanniques envisagent de baisser l’impôt sur les sociétés, la carotte fiscale étant toujours un moyen efficace de retenir l’attention des particuliers ou des professionnels.

Le brexit : chute de prix de l'immobilier en europe

Mais l’impact du Brexit ne s’arrête pas à l’échelle des professionnels. En effet, elle impacte aussi les prix de l’immobilier. Ainsi, il a été observé une chute des prix au troisième trimestre et aujourd’hui la tendance montre que les investisseurs cherchent à se positionner ailleurs. Ainsi Londres qui a toujours été considéré comme une des villes les plus attractives au monde, ne se situe aujourd’hui plus qu’à la vingt septième place des villes les plus attractives en Europe. Cette étude a été réalisée par le cabinet d’audit Price Waterhouse Cooper (Pwc), en collaboration avec l’association Urban Land Institute. Selon l’issue de ce sondage qui portait sur un panel de plusieurs centaines de professionnels de l’immobilier, environ neuf sur dix parmi eux s’attendent à une chute des prix au mètre carré d’ici l’été prochain.

Les villes préférées des professionnels de l’immobilier selon ce sondage sont en Allemagne. En effet, Berlin, Hambourg et Francfort occupent les trois premières places de ce classement. Ce résultat n’est pas étonnant, l’Allemagne étant une place forte de l’économie Européenne avec des prix au mètre carré bien moins élevés qu’en France ou en Angleterre à titre de comparaison.

Pour situer le marché français dans ce classement, Paris ne se situe qu’à la dix- septième place et est même dépassée à l’échelle nationale par Lyon qui a nettement progressé dans ce classement dernièrement, avec quinze places gagnées et se positionne désormais dans les dix villes européennes les plus attractives en terme d’immobilier. Cette progression salue le dynamisme et la bonne liquidité du marché immobilier local.

 

Sur le même sujet
Focus sur la fiscalité des SCPI
Par -
Sofica : lancement de la collecte
Par -
Impact de la réforme des plus values immobilières, fin de l'investissement immobilier ?
Par -