Peut-on profiter du micro foncier dans le cadre d'un investissement en SCPI ?

Il existe plusieurs régimes permettant de déclarer les loyers perçus à l’issu d’un investissement en SCPI. Le régime micro-foncier est l’un d’entre eux mais est soumis à  certaines conditions et n’est donc pas forcément le plus avantageux fiscalement parlant.

Les conditions pour bénéficier du régime micro-foncier

Tout d’abord, le régime micro-foncier n’est pas accessible si on ne possède que des SCPI. Les revenus fonciers doivent également provenir de la possession d’un autre bien immobilier.
Ensuite, les revenus bruts globaux doivent être inférieurs à 15 000€ annuels.
Une fois le choix fait entre le régime micro-foncier et le régime réel, cela vaut pour 3 ans au minimum.

Dans quel cas est-ce avantageux ?

Le régime micro-foncier permet de déterminer le revenu foncier imposable de manière simplifié : il faut pour cela déduire un abattement de 30% aux revenus bruts annuels globaux. Cet abattement de 30% est censé couvrir les différentes charges liés à un investissement en EHPAD. Toutefois, si vos charges déductibles dépassent ce montant de 30% alors il vaut mieux passer au régime réel car il vous permettra de déduire le montant réel de vos charges (ce montant étant supérieur à 30%, votre base imposable sera plus faible qu’avec le régime micro-foncier, vous paierez donc moins d’impôts).
Dans les faits, si vous achetez à crédit, vos charges seront quasiment toujours supérieures à 30%. Cela explique pourquoi le régime micro-foncier est peu utilisé par les investisseurs en SCPI.
Il ne vaut la peine qu’en cas d’investissement en cash (il n’y a alors pas d’intérêts d’emprunt à rembourser, ce qui fait diminuer le montant des charges déductibles) ou si les charges de la SCPI sont vraiment faibles.

Euodia Finance vous aide à mieux comprendre l'investissement.

Je souscris