Laissez vos coordonnées, nous vous rappelons rapidement !

Ou un spécialiste vous conseille au 09 52 57 30 37

Les OPCI : pourquoi les intégrer à mon contrat d'assurance-vie?

par | Fiscalité

Les OPCI : pourquoi les intégrer à mon contrat d'assurance-vie?

 

Tout le monde connaît la classique assurance vie, mais ce placement n’est aujourd’hui plus aussi rémunérateur qu’auparavant, du fait notamment de la baisse du rendement des fonds euros. En effet, avec un rendement de moins de 2%, c’est certes mieux que le livret A qui est à 0,75 mais c’est loin des rendements traditionnels pouvant atteindre 5%. La solution pour booster son assurance vie ? Introduire dans ce véhicule d’investissement, des supports immobiliers est aujourd’hui la meilleure solution pour booster le rendement d’une assurance-vie sans s’exposer aux marchés actions plus volatile. Pour s’exposer à l’immobilier les OPCI (organisme de placement collectif en immobilier) sont une bonne solution. En effet ces deux outils sont complémentaires.

Pour mieux comprendre les avantages que représentent la connexion entre ces deux véhicules d’investissement, il est d’abord nécessaire de faire un rappel de la définition de chacun indépendamment.

En premier lieu nous avons l’assurance vie. Contrat dont la vocation originelle était la transmission du patrimoine, c’est aujourd’hui bien plus. Pour schématiser l’assurance est une enveloppe dans laquelle on va choisir de mettre des fonds plus ou moins risqué. D’une part il y a les « fonds euro », peu risqué mais avec une rentabilité faible oscillant entre 1,2 et 2%. D’autre part il y a les « unités de comptes », plus rentable mais aussi plus risquées. On trouve parmi ces unités de compte, des fonds boursiers, immobilier (SCPI, OPCI, SCI, foncière cotés) et les produits structurés. Comme on peut l’observer, l’assurance vie est un véhicule d’investissement très polyvalent, qui permet de s’adapter aux préférences du souscripteur, allant du placement le plus risqué au plus sûr, et du plus rentable à celui qui l’est moins. Parmi la multitude de fonds auxquels l’on peut souscrire via une assurance vie, un en particulier connaît le succès ces dernières années : l’OPCI.

Les OPCI ont été créées en 2008 par réflexion quant à la crise des SCPI dans les années 90’. La particularité des OPCI c’est qu’il s’agit de véhicules moins immobiliers, ils doivent investir entre 60 et 90 % de leurs capitaux dans l’immobilier. Cela en fait un instrument relativement sûr du fait de sa connexion avec la réalité via l’investissement dans l’immobilier, contrairement à des valeurs boursières. Le reste de leurs capitaux doit être investie dans des liquidités, produits de trésorerie immédiatement disponible. Ainsi si des investisseurs veulent se retirer, l’OPCI peut racheter leurs parts grâce à cette poche de liquidité.

En mariant ces deux outils que sont l’assurance vie et les OPCI, cela permet à chacun de profiter des avantages de l’autre.

En effet grâce à l’OPCI, le rendement de l’assurance vie va pouvoir augmenter et l’on constate une moyenne de 3,81% de rendement par an depuis 5 ans toutes OPCI confondus. Ensuite, pour ce qui est de la fiscalité, la rentabilité sera peu taxée grâce au contrat d’assurance vie. En effet l’assurance vie en tant qu’outil le plus puissant pour ce qui est de protéger vos proches lors d’une succession, ce sont ses règles avantageuses qui s’applique. Pour un contrat souscrit aujourd’hui, le souscripteur peut avant ses 70 ans faire profiter ses bénéficiaires d’un abattement égal à 152 500 euros par bénéficiaire. Après 70 ans c’est un abattement de 30 500 euros qui peut s’appliquer, tous bénéficiaires confondus. Par exemple, un couple marié souhaitant léguer à ses deux enfants peut faire sortir 152 500 * 2 * 2 = 610 000 € de la succession. Cet avantage est encore plus important pour des souscriptions qui ne sont pas en « ligne direct » (neuves, nièces, frères sœurs…).

Autre bénéfice fiscal de se mariage, l’imposition auquel est soumis le souscripteur s’il souhaite retirer une partie de ses plus values. Depuis le 1er janvier 2018 la fiscalité appliquée varie selon la date à laquelle l’on souhaite retirer ses fonds sur son assurance est la suivante :

Avant 8 ans après la date de souscription du contrat, ce type de placement est soumis au Prélèvement Unique Forfaitaire (PUF) de 30%. Sont compris dans ces 30% : 17,2% de prélèvements sociaux et 12,8 d’impôt sur le revenu.  Après 8 ans de détention, au niveau de l’impôt sur le revenu, il est possible de profiter d’un abattement sur les bénéfices de 4 600 euros par an pour une personne seule et 9 200 euros par an pour un couple (marié ou pacsé), s’en devoir payer un euro d’impôt. Pour tout montant supérieur à ces seuils, c’est un prélèvement forfaitaire libératoire de à 7,5 % qui s’applique. Sauf sur les montants investis supérieur à 150 000 euros ou le taux passe à 12,8%.

Dans le cadre d’une souscription en direct d’une OCPI, un tel abattement après 8ans de détention n’est pas possible. C’est le PUF qui continu à s’appliquer.

Toutefois il existe des limites à cette association. D’abord le choix d’OPCI est plus limité dans un contrat d’assurance vie que pour un investissement en direct. Ensuite rappelons que le capital n’est pas garanti contrairement aux fonds euros auxquels l’on peut souscrire dans le cadre d’une assurance vie. Enfin il y a des frais supplémentaires de 3% en plus des frais du contrat d’assurance vie.

Malgré tout, souscrire un contrat d’assurance vie dans lequel on place des OPCI reste un bon placement. Prenons par exemple le contrat « Swiss life Strategic Premium ». Ce dernier à la particularité d’être en « architecture ouverte » c’est dire qu’il propose un grand nombre fonds auxquels l’on peut souscrire (590). Si l’on décide de choisir en plus des fonds euros, la souscription à l’OPCI « Swiss life Dynapierre », on observe que depuis 2014 la rentabilité de ce fonds se situe à une moyenne de 4,8 %. Tout cela encore une fois avec un risque limité. Donc oui il est intéressant de diversifier les composants de son assurance vie et notamment d’y inclure des OPCI. La rentabilité de votre contrat n’en sera que meilleur, tout en ne s’exposant qu’à un risque limité. Bien entendu le choix d’un tel placement dépend de votre profil et de se que vous recherchez.

Sur le même sujet
Réduisez vos impôts en achetant des parts dans une SCPI fiscale
Par -
Des SCPI pour miser sur les régions
Par -
L'usufruit locatif social
Par -