Dispositif Duflot : plus ou moins avantageux que la loi Scellier ?

par | Actualité

Dulfot- Scellier

La loi Scellier, qui propose d'importantes réductions d'impôts durant plusieurs années sur les investissements immobiliers locatifs, va disparaître le 31 décembre 2012. Une nouvelle loi, la loi Duflot, va la remplacer.

Le dispositif Duflot dans le même état d'esprit que la loi Scellier

La loi Duflot a été votée dans l'objectif de relancer le marché immobilier, mais aussi de favoriser les ménages qui en ont le plus besoin.

Pour cela, nous retrouvons quelques points clés de la loi Scellier, comme le plafond d'investissement qui doit être inférieur à 300 000 € et limiter l'achat à 1 logement par an.

Cette loi permettra aussi une réduction d'impôt sur une durée de 9 à 12 ans, reconductible tacitement.

De même, l'investissement BBC (Bâtiments à Basses Consommations) y est aussi encouragé, notre ministre du logement promettant un bonus fiscal pour ces BBC.

Les nouveautés de ce dispositif

Cette nouvelle loi profitera autant aux investisseurs qu'aux locataires.

En effet, le taux de réduction d'impôt sera plus intéressant, allant de 18% à 24%, de 9 à 12 ans. Les personnes payant plus de 2 500 € d'impôts par an auront donc beaucoup plus intérêt à investir dans les logements répondant aux conditions de la loi Duflot.

Parallèlement, ces logements seront mis à la disposition des ménages étant le plus dans le besoin, notamment en abaissant le prix des loyers. En effet, les loyers devront être inférieurs à 20% du niveau de ceux du marché.

De plus, ce nouveau dispositif s'appliquera sur des zones moins nombreuses que pour la loi Scellier. Il s'appliquera sur les zones où la demande et le besoin de logements sont forts.

La loi Duflot sera donc plus stricte que la loi Scellier en terme de conditions, - tant sur la zone géographique que sur le prix du loyer à proposer - mais elle récompensera mieux les  investisseurs qui pourront bénéficier d'une réduction d'impôt nettement plus importante.

L'auteur de l'article
Paul HAREL

Paul est issu d'une famille de financiers. De mère experte comptable et de père directeur financier, il se passionne de la gestion privée très tôt et démarre ses études à la Paris School of Business (ex-ESG Management School). Il part un an à Boston, pour étudier à la prestigieuse Boston University. Dès qu'il revient, il enchaine les expériences professionnelles dans le secteurs de la gestion d'actifs et de la gestion de portefeuille (en family-office et en cabinet de gestion de patrimoine). Il obtient un Master II en Gestion de Patrimoines à PSB, à la suite de deux années d'alternance au sein du cabinet Euodia Finance. 

Sur le même sujet
La SCPI fiscale
Par -
Dernières opportunités de diminuer ses impôts avant la fin de l'année grâce aux SCPI fiscales
Par -
Fin du dispositif Scellier : quel avenir pour les SCPI fiscales ?
Par -
Je souscris